Gijon Tourisme » Culture » 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

 

Tout le monde connaît les charmes de la principale ville des Asturies : plages, gastronomie, cidre, bonne ambiance, musique, surf… mais la Cité de Jovellanos renferme au cœur de ses rues des secrets en tout genre. Nous vous proposons ici d’en découvrir dix, bien que nous puissions en citer quelques autres, tels qu’un castro celte ou une statue dédiée à « une folle ». Prenez note et partez à la découverte des curiosités de Gijón.

 

-          Un « kit » pour tuer des vampires

Nous ignorons si des créatures suceuses de sang vivent à leur aise dans les rues du quartier de Cimavilla ou si quelqu’un craint le débarquement d’un acolyte de Dracula au port de Gijón, mais le Musée-Maison Natale de Jovellanos conserve, dans sa collection permanente, une curieuse « boîte pour tuer des vampires ». Il s’agit d’une œuvre originale créée par José María Navascués en 1975 et associée à d’autres boîtes réalisées à la même époque par cet artiste.

 

-          Un spa datant d’il y a 2000 ans

Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’au XIXème siècle déjà l’aristocratie espagnole choisisse Gijón et ses centres balnéaires pour prendre ses bains de mer. Cependant, à Gijón, vous pourrez également découvrir comment les habitants de la cité se détendaient à l’époque de l’occupation romaine. Juste au pied de la plage de San Lorenzo, il existe des thermes où sont évoqués, grâce à des lumières de différentes couleurs, les zones froides, les zones de bains tièdes et les espaces chauds, ainsi que les fours, de manière à expliquer le système de chauffage romain.

Termas 300x220 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

 

-          Une plage déserte

Les plages de San Lorenzo et de Poniente se trouvent parmi les plus fréquentées du littoral cantabrique. Cependant, à Gijón, se cachent aussi des criques tranquilles, en pleine nature, où vous pourrez vous détendre sans stress, bercés par le seul bruit de la mer. Le sentier de Cervigón vous mènera, par exemple, à des plages comme celle de Serín, un havre de paix auquel on accède par un chemin piéton. Par contre, gardez des forces pour le retour, le chemin est assez pentu !

serin 300x150 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

Serín

 

-          Le plus ancien stade de football d’Espagne

Les habitants de Gijón sont très fiers de leur équipe de football, le Sporting de Gijón. Et ils éprouvent cette même fierté pour le Stade du Molinón, un terrain de football centenaire et mythique, le plus ancien d’Espagne. El Molinón Tour vient tout juste d’être inauguré, il s’agit d’une visite guidée à travers les endroits les plus intéressants et les plus méconnus du stade : les vestiaires, le tunnel d’accès au terrain, la pelouse, la salle de presse et bien plus encore. Vous y découvrirez également des détails et des anecdotes concernant l’un des plus anciens clubs de football d’Espagne. Et pour couronner le tout, vous pourrez visiter le Musée du Real Sporting de Gijón, un voyage retraçant l’histoire du club, de son stade, de ses plus grandes figures et de ses légendes grâce à des images inédites, des documents audiovisuels et des objets représentatifs de chaque période.

SPORTING PRIMERA 2 300x168 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

-          Un bois de chênes en ville

Il ne doit pas y avoir beaucoup de villes au monde qui puissent se vanter d’abriter un bois de chênes dans leur périmètre. Gijón, elle, peut compter sur la Carbayera del Tragamón, une chênaie déclarée Monument Naturel. Ce magnifique bois, destiné au pâturage, vous permettra de découvrir, du côté nord, une végétation dense et close, traversée par le ruisseau Peñafrancia et composée de quelques exemplaires de frênes, de saules et d’espèces riveraines. En revanche, au sud, les arbres de plus grandes dimensions −chênes et châtaigniers− n’ont pas de sous-bois, celui-ci ayant été remplacé par un pré réservé à la détente des visiteurs, qui peuvent y profiter de tables de pique-nique. Cette chênaie fait partie du Jardin Botanique Atlantique de Gijón.

DSCN1119 300x225 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

-          Un quartier style Soho, TriBeCa ou Le Marais

Des galeries d’art, de la mode vintage et des nouveaux designers, des bières artisanales, des épiceries fines « delicatessen« , de la musique live, des vélos rétro, des studios de tatouage, etc. Les rues La Merced, Begoña, Instituto, San Bernardo et Buen Suceso vivent actuellement une seconde jeunesse grâce à des locaux commerciaux qui misent sur la différenciation et le design. C’est le quartier à la mode et il est d’ores et déjà surnommé « le Soho de Gijón ».

 

-          Des photos en 3D datant d’il y a plus de 100 ans

Ni Star Wars, ni Les dents de la mer, ni même Avatar, le plus surprenant que vous pourrez découvrir à Gijón est une collection de vieilles photographies des Asturies… en 3D ! Il est étonnant de voir que ces photographies ont plus de 100 ans et offrent une très bonne qualité d’image. C’est comme si vous vous plongiez au cœur des rues de Gijón ou d’Oviedo et dans d’autres lieux des Asturies au début du XXèmesiècle. Se promener au marché, être témoins de l’arrivée du Roi Alfonso XIII, se faufiler à l’intérieur d’un orphelinat ou contempler le Pic Urriellu aux côtés des premiers escaladeurs qui l’ont gravi sont quelques-unes des images qui resteront à coup sûr gravées dans votre mémoire. Cette collection est exposée au Musée du Peuple des Asturies.

Pueblu Asturies 300x226 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

Musée du Peuple des Asturies.

 

-          Un parc où vivent des émeus

Le Parc d’Isabelle La Catholique, l’un des plus grands parcs urbains de Gijón, et également le plus représentatif de la ville, a été construit sur les anciens marais de la rivière Piles. Les paons y ont pris leur aise et, outre les cygnes et les canards, les cormorans, les hérons cendrés, les martins-pêcheurs et toutes sortes de mouettes se baignent dans ses étangs. Le parc dispose aussi d’un espace clos abritant plusieurs espèces d’oiseaux, parmi lesquelles se trouvent des émeus, l’une des curiosités de cette importante collection ornithologique.

 

-          La plus grande église elliptique du monde

La coupole de cette église, dont le poids est estimé à 2300 tonnes, repose sur vingt paires de nervures en briques croisées entre elles qui soutiennent la structure sans utiliser de colonnes. Il s’agit de l’église de l’Université Professionnelle de Gijón (Universidad Laboral), qui, à son tour, est considérée, grâce à ses 270 000 m2 de superficie, comme le plus grand édifice d’Espagne. Ce bâtiment a été construit entre 1946 et 1956 afin de créer un orphelinat et dans le but de former les orphelins des travailleurs de la mine victimes d’accidents du travail. C’est également le bâtiment le plus haut de la Principauté des Asturies et la construction en pierres la plus haute d’Espagne. Aujourd’hui, cet édifice abrite Laboral – Cité de la Culture, un organisme qui propose un large éventail d’activités culturelles.capilla laboral 193x300 10 choses que vous ne pensiez pas trouver à Gijón

 

-          Le premier monument au monde dédié à Fleming

Le Parc d’Isabelle La Catholique renferme une autre curiosité : le premier monument au monde dédié à l’inventeur de la pénicilline, œuvre de l’architecte Luis Moya. Alexander Fleming en personne allait se rendre à Gijón pour découvrir sa statue, mais il est décédé en mars 1955 et c’est son épouse, Lady Fleming, qui a assisté à son inauguration en septembre de cette même année. Il semblerait qu’à l’époque la tuberculose faisait des ravages dans les Asturies et que la pénicilline a sauvé de nombreuses vies. C’est pour cette raison que, tous les ans, lors des fêtes du quartier, en septembre, les habitants de Cimavilla se rendent jusqu’à la statue de Fleming afin d’y déposer une gerbe de fleurs.

Publier un commentaire


Si vous êtes intéressé par nos publications, vous pouvez vous abonner à notre feed RSS