Gijon Tourisme » Culture » Gijón, capitale : Rome

Gijón, capitale : Rome

Il y a plus de vingt siècles, la capitale correspondant au territoire de Gijón était Rome. Imaginez-vous la décentralisation administrative existant dans un si vaste empire ! Cependant, Gijón n’était pas qu’une simple punaise plantée sur la carte de l’empereur de service. Les fouilles archéologiques réalisées depuis les années 1980ont peu à peu mis au jour les vestiges de ce recoin de l’Empire romain où la romanisation s’est fortement faite ressentir et qui peut encore être visité aujourd’hui grâce aux musées et aux vestiges conservés en divers lieux de l’agglomération de Gijón.Signifer 224x300 Gijón, capitale : Rome

AUGUSTO BAJA1 300x200 Gijón, capitale : Rome

Les thermes romains de Campo Valdés sont probablement les vestiges les plus populaires de la ville car il s’agit du premier site qui a été étudié (1903) et que ceux-ci se sont transformés, au fil des ans, en un remarquable musée, visité par des milliers de personnes chaque année. Le musée se trouve juste aux pieds de la statue de l’empereur Auguste, qui semble veiller sur sa propre mémoire et sur celle de son empire, même si sa construction est récente −elle date de 1971−. Auguste se dresse à l’extérieur des thermes, mais c’est à l’intérieur que les visiteurs pourront découvrir comment a été recréée la vie des Romains vivant à Gijón. Comme nous le fait remarquer le site internet des musées de Gijón, « en plus des informations générales concernant les thermes, le musée évoque le développement du Gijón romain, la muraille, les thermes de Gijón et leur interprétation. Les vestiges matériels les plus importants découverts lors des fouilles sont exposés dans une vitrine située le long du couloir qui donne accès au site archéologique ».

 

Grâce aux vestiges qui ont fait surface et à un peu d’imagination, il est également possible de suivre le tracé de la muraille romaine de Gijón, qui délimite le périmètre de Cimavilla −quartier haut de Gijón de nos jours et noyau urbain de la ville à l’époque romaine−. La muraille, dont les fouilles ont eu lieu entre 1982 et 1992, a en réalité été érigée lors du Bas-Empire romain et il a fallu prendre des mesures urbanistiques de protection afin de conserver et d’exposer in situ les vestiges qui sont peu à peu apparus lors des fouilles suivantes.

Termas 300x220 Gijón, capitale : Rome

campa torres 300x268 Gijón, capitale : Rome

Campa Torres

Les Romains qui vivaient extra-muros ont eux aussi laissé un témoignage de leur présence à travers la Villa romaine de Veranes, un site archéologique très intéressant où sont exposés les vestiges d’une exploitation agricole située sur le tracé de la Route de l’Argent. Une magnifique mosaïque, ainsi qu’une collection d’objets trouvés lors de diverses campagnes de fouilles archéologiques, y sont conservées.

 

Gijón est une ville bimillénaire dont l’histoire a commencé de l’autre côté de cette baie qui abrite aujourd’hui une ville de près de 300 000 habitants. C’est là, à la Campa Torres, que nous avons découvert les traces de nos premiers ancêtres, antérieurs à l’arrivée de Rome et de sa domination. Le castro de la Campa Torres est donc une autre partie de la “boite noire” où est enregistrée notre mémoire collective.

 

Publier un commentaire


Si vous êtes intéressé par nos publications, vous pouvez vous abonner à notre feed RSS