Gijon Tourisme » Non classés » Trucs et astuces 100 % Xixonés (I): À propos du parler local

Trucs et astuces 100 % Xixonés (I): À propos du parler local

Dans les Asturies, il existe une langue particulière, la llingua asturiana, également appelée asturianu −l’asturien−. Lorsque nous parlons en espagnol −en castillan−, nous utilisons en même temps de nombreux mots asturiens qui font partie du vocabulaire habituel des habitants de la région : pota, rodiellu, tendal, picar, marchar, chiscar, a esgaya, fartucar, prestar, mancar, chigre, emburriar, caleya, mozu, guaje, fame, folixa, xaréu, afayadizu, esfamiáu, abondo…

DSC0788 300x200 Trucs et astuces 100 % Xixonés (I): À propos du parler local

 

En plus de ces quelques mots, vous devrez aussi prendre en compte les règles suivantes :

Si quelqu’un vous appelle bobín ou bobina (gros bêta), ne vous fâchez pas. Plus qu’une insulte, c’est un terme affectueux. Par contre, si on vous appelle babayu, vous devez vous inquiéter.

Si une personne vous surnomme vida ou vidina (mon cœur), ne pensez pas qu’elle vous drague. Il s’agit simplement d’une manière affectueuse de nous adresser à quelqu’un, même quand nous ne nous connaissons pas.

Ne vous braquez pas non plus si quelqu’un vous dit un jour que vous êtes repunante. Rassurez-vous, vous n’êtes pas dégoûtant, c’est juste que vous êtes un peu pinailleur aujourd’hui.

Dans les Asturies, tous les mots se terminent par le diminutif -ín (-ina au féminin), mais cela n’a rien à voir avec la taille, c’est seulement pour leur donner une touche asturienne. Ce diminutif affectueux inclut même une formule de politesse : la phrase Buenos días, un cafetín!café + ín− signifie donc « Bonjour, un petit café, s’il vous plaît ! ».

Malgré cela, à Xixón* −prononcé « chichonne »−, comme on fait les choses en grand, nous utilisons également beaucoup l’augmentatif -ón (-ona au féminin), notamment pour désigner certains lieux : la Escalerona −le Grand Escalier−, el Molinón −le Stade du Grand Moulin−, la Iglesiona −la Grande Église−, la Acerona −le Grand Trottoir−, la Fabricona −la Grande Usine−, les Letrones −les Grandes Lettres−, etc.

Au fait, dans les Asturies, on boit traditionnellement du cidre, autrement dit, de la sidrina −sidra + ina−, et non de « la sidriña » −prononcé « sidrigna »−, comme disent souvent les visiteurs, à tort, car -iña est le diminutif préféré de nos voisins galiciens.

Si vous avez quelques notions de grammaire espagnole, vous aurez remarqué que nous plaçons les pronoms après le verbe et que nous utilisons toujours le passé simple pour parler du passé. ¿Entendístelo? (en castillan, on dirait ¿Lo has entendido?)

Attention ! Les noms masculins se terminent par un -u au singulier et par -os au pluriel. Et au féminin, ils prennent un -a au singulier et -es au pluriel. Par exemple, vaca (vache) et faba (haricot) au singulier et vaques et fabes au pluriel. Il n’y a donc aucune vaque ni aucune fabe dans les Asturies.

Il est possible que certains habitants de la région n’aient pas beaucoup d’accent, néanmoins, vous devinerez qu’ils sont originaires des Asturies s’ils utilisent le verbe ye (forme locale de la 3ème personne du singulier du verbe ser −être−) au lieu de es −en castillan− dans certaines phrases : ¿Qué hora ye? ¿Ónde ye? ¡Qué guapu ye! ¡Ye lo qu’hai!

Tout est « beau » dans les Asturies et nous utilisons l’adjectif guapo à toutes les sauces.

Pour renforcer nos paroles, nous avons l’habitude de ponctuer nos phrases par ¡Ho!, qui n’est autre que l’apocope du mot home*, une interjection qui marque l’étonnement. Vous pourrez également écouter ¡Ne! −de neña− en fin de phrase si vous êtes une muyer*.

Vete a ver la ballena signifie littéralement « Va voir la baleine », mais cela n’est pas une invitation à partir en excursion pour observer des animaux marins. C’est comme si on vous disait d’aller vous faire cuire un œuf.
Une petite dernière : s’il y a quelque chose qui nous plaît, et qui nous touche aussi beaucoup, nous utilisons l’expression me presta (ça me plaît) ou ye prestosu (c’est agréable).

 

gijon terrazas calle begona1 xurde margaride 300x226 Trucs et astuces 100 % Xixonés (I): À propos du parler local

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GLOSSAIRE :

Abondo : beaucoup, assez
A esgaya : beaucoup, en abondance
Afayadizu : accueillant
Caleya : ruelle, petite rue étroite
Chigre : bar, bistro
Chiscar : éclabousser
Emburriar : pousser (une porte)
Esfamiáu : affamé
Fame : faim
Fartucar : manger beaucoup, se bourrer
Folixa : fête
Forrar : manger quelque chose quand on boit, ou avant de boire, afin de limiter les effets de l’alcool ou de ne pas avoir faim pendant un bon moment.
Guaje : garçon
Home : homme
Mancar : se faire mal
Marchar : s’en aller, partirescanciado 300x199 Trucs et astuces 100 % Xixonés (I): À propos du parler local
Mozu/Moza : petit(e) ami(e)
Muyer : femme
Picar : toquer ou sonner à la porte
Prestar : plaire, aimer
Rodiellu : torchon
Tendal : étendoir
Uviéu : Oviedo
Xaréu : tapage, fête
Xixón : Gijón
Xixonés : habitant de Gijón

Publier un commentaire


Si vous êtes intéressé par nos publications, vous pouvez vous abonner à notre feed RSS